Les universités qui enseignent le français
A la Une

L’enseignement du français à l’Université Al-Aqsa de Gaza

L’enseignement du français à l’Université Al-Aqsa de Gaza

Ziad Medoukh
Professeur de français universitaire-chercheur

L’Université Al-Aqsa de Gaza est une université pédagogique. Elle forme les futurs professeurs dans presque toutes les matières scientifiques, littéraires et techniques. Elle a été fondée en 1955 sous la forme d’un institut des maîtres, après quoi, elle s’est transformée en faculté d’éducation en 1991, et en 2002, elle a pris le nom d’université Al-Aqsa.

Actuellement, plus de 27000 étudiants et étudiantes fréquentent cette université, encadrée par plus de 795 professeurs L’université Al-Aqsa a été la première université palestinienne qui a ouvert un département de français en 2000, en coopération avec le Consulat général de France à Jérusalem.

Le projet franco-palestinien d’introduire le français dans le cursus universitaire en Palestine, a commencé en 1996 avec la formation des professeurs palestiniens de français et la création du DUPF (Diplôme Universitaire de Professeur de Français) à la faculté d’éducation à Gaza qui est devenue aujourd’hui l’université Al-Aqsa.

Cette formation en deux ans a été remplacée en 2000 par une licence de français en quatre ans afin de répondre aux demandes d’écoles pilotes qui ont besoin de professeurs de français pour assurer l’enseignement de cette matière en plein essor dans ces établissements d’excellence.

Le ministère palestinien de l’Enseignement supérieur et le consulat général de France à Jérusalem ont décidé de créer une licence de français à l’université Al-Aqsa de Gaza. Cette licence sera la première en Palestine qui répondra aux besoins en professeurs, des établissements palestiniens et des centres culturels français dans l’optique, surtout du ministère de l’Education d’introduire le français comme deuxième langue étrangère dans plus de cinquante établissements publics en Cisjordanie et à Gaza.

Le projet de coopération franco-palestinien pour la mise en place une licence de français définit les missions de chaque partie :

Le consulat général de France à Jérusalem détermine, en concertation avec une université française, (l’université de Franche-Comté), les orientations pédagogiques du programme de licence. Il participe au recrutement des enseignants pour la partie du programme en français et à l’organisation des stages en Palestine et en France.

L’université Al-Aqsa perçoit les droits d’inscription des étudiants selon les modalités qui lui sont propres. Elle assure l’intégralité de la partie du programme dispensée en arabe.

Le ministère de l’Enseignement supérieur palestinien assure la tutelle académique de la formation. Il définit, en concertation avec le ministère palestinien de l’Education nationale et le consulat général de France à Jérusalem, les orientations, les besoins et les objectifs du programme.

En coopération avec le consulat général de France à Jérusalem, l’université Al-Aqsa de Gaza a mis en place la licence de français à partir de décembre 2000.

Dans ce cadre, un Département de français a été ouvert en même temps que la nomination de deux chefs de ce Département : un responsable français qui représente le consulat général de France et un responsable palestinien qui représente l’université Al-Aqsa.

L’enseignement du français à l’université Al-Aqsa est un modèle de réussite de la coopération franco-palestinienne dans le domaine éducatif et culturel, puisque d’autres universités palestiniennes envisagent de bénéficier de cette riche expérience et d’introduire l’enseignement du français dans leurs programmes universitaires.

L’enseignement du français à l’université Al-Aqsa est en plein essor, et cela pour trois raisons principales :

*La première est la politique d’ouverture de l’université Al-Aqsa aux les langues étrangères, et en particulier le français, dans ses programmes universitaires.

Le français est un atout pour cette université pédagogique qui forme de futurs enseignants, et qui consolide ses relations extérieures avec la France et la Francophonie.

*La deuxième est la volonté française, représentée par le consulat de France à Jérusalem, de développer la Francophonie en Palestine en formant de futurs cadres palestiniens francophones, en commençant par les professeurs de français qui eux-mêmes vont assurer la formation d’une future génération palestinienne ouverte sur le monde francophone.

*Et la troisième raison est politique : il s’agit de renforcer les relations entre la Palestine et la France, voire l’Europe, en commençant par les relations éducatives et culturelles.

Toutes ces raisons expliquent que l’université Al-Aqsa, la seule université publique en Palestine par l’ouverture de ce département de français confirme la volonté politique des autorités palestiniennes d’encourager l’apprentissage de cette langue au milieu universitaire et au niveau supérieur.

Le département de français de l’université Al -Aqsa

L’enseignement du français à l’université Al-Aqsa fait partie des programmes ambitieux de cette université de pointe. Il reflète son désir de s’ouvrir d’une part aux langues et cultures étrangères et d’autre part, de renforcer les relations entre la France et la Palestine dans les domaines culturels et pédagogiques.

Le département de français de l’université Al-Aqsa a été officiellement inauguré à la rentrée universitaire 2000-2001 en coopération avec le consulat général de France à Jérusalem. L’idée de la création d’un département de français est née suite à la décision commune entre le ministère palestinien de l’Enseignement supérieur et le consulat français de mettre en place une licence de français.

Le département dépend de la faculté d’éducation des sciences humaines et a été cogéré, à ses débuts, par deux responsables : un responsable représentant l’université Al-Aqsa (un professeur de français palestinien) et un responsable français qui représente le consulat de France. Cependant la cogestion du département de français a pris fin en juin 2005, et la responsabilité totale de ce département revient actuellement à l’université Al-Aqsa.

Le département de français assure l’élaboration et l’évaluation du programme de licence de français. Il est responsable devant le consulat et le ministère palestinien de la réussite et du bon déroulement de la licence de français dont l’objectif est de former des professeurs palestiniens qui vont être en mesure d’enseigner le français dans les écoles publiques et privées qui ont commencé à enseigner le français dans leur programme.

40 étudiants ont obtenu leur licence de français en juin 2004 et ils constituent la toute première promotion.

Actuellement, il y a environ 67 étudiants inscrits au département de français. Nous remarquons à propos des étudiants inscrits en français que 85% sont des jeunes filles.

Les enseignants qui assurent la formation au département (la rentrée 2015-2016) se composent de 3 professeurs titulaires et 2 assistants, il est souvent fait appel à des vacataires pour satisfaire les besoins.

Il faut souligner ici, les efforts considérables du consulat français déployés dans le domaine de l’orientation, du suivi et de la formation continue des professeurs palestiniens de français. Il faut mentionner aussi que chaque année, il y a une forte demande d’inscription au département de français. Celui-ci, sur test des postulants, ne pourra en retenir qu’une vingtaine, par souci de donner un enseignement de bonne qualité. La qualité demeure la préoccupation prioritaire du département.

En effet le département de français de l’université Al-Aqsa est très soucieux de mettre sur le terrain des enseignants de grande compétence, en dépit de l’enfermement Gaza, du blocus de la Bande de Gaza, qui empêche tout contact avec le monde extérieur.

Dix ans après l’ouverture, le département de français à l’université Al-Aqsa, compte plusieurs réalisations à son actif :

*Dix promotions ont un B.A de français, la première en juin 2005, comptait 40diplômés ; la deuxième en 2006, 52 ; la troisième en 2007, 70 ; la quatrième en 2008, 18, le cinquième en 2009, 21, la sixième en 2010, 19., la septième en 2011, 20 , la huitième 16 et la neuvième 15, la dixième 16L’université Al-Aqsa est la première université palestinienne à offrir une licence dans le domaine de l’enseignement de français.

Actuellement, nous pouvons dire qu’il y a plusieurs universités palestiniennes qui enseignent le français : l’université Al-Najah à Naplouse qui a ouvert un département de français en 2001, l’université Al Azhar à Gaza et l’université Beir Zeit à Ramallah qui offrent un programme de B.A anglais- français.

* Envoi de dizaines d’étudiants de l’université pour des stages linguistiques d’un mois en France dans des instituts et des centres linguistiques et pédagogiques spécialisés dans l’enseignement de FLE, financés par le consulat général à Jérusalem.

* Envoi de diplômés en France et dans des pays francophones pour continuer leurs études supérieures dans l’enseignement du français.

*La plupart des professeurs du département de français sont Palestiniens, mais au début tous les professeurs étaient français. Il revient à l’université de s’intéresser au développement de l’encadrement palestinien, et de renforcer ses compétences en le faisant participer à des stages, des études, des recherches et des conférences organisés dans plusieurs pays francophones.

*Renforcement des relations externes du département de français et de l’université par les jumelages avec des universités françaises et francophones, des échanges de visites et une participation au nom de l’université à des conférences et des rencontres dans des universités françaises et francophones.

Le département de français de l’université Al-Aqsa s’est également développé en s’intéressant  à renforcer davantage les activités extra-universitaires en français : ateliers entre les étudiants, écriture de poèmes et d’articles en français et leur publication sur des sites Internet francophones avec l’objectif de faire parvenir la voix de l’étudiant palestinien au monde extérieur, visite des écoles d’excellence à Gaza, accueil de personnalités francophones à l’université, organisation de fêtes lors de la journée de la Francophonie et à l’occasion d’autres célébrations palestiniennes dans l’université, il y a aussi l’échange de points de vue via Internet avec des étudiants francophones, suivi de l’organisation de concours de poésie, et l’encouragement de la lecture en français.

 Enfin, la participation de délégations d’étudiants du département à des conférences comme par exemple la conférence des universités francophones qui a eu lieu à l’université du Caire en 2005, la rencontre au Centre Mondial de la paix à Verdun en 2006, et le voyage de plusieurs étudiants en France pour suivre des stages linguistiques et pédagogiques.

La création du club francophone pour la première fois dans toutes les universités palestiniennes qui enseignent des langues est une initiative bénéfique : ce club a beaucoup aidé à améliorer les capacités linguistiques des étudiants par des activités culturelles organisées à l’intérieur et à l’extérieur de l’université, et de plus, le club a depuis sa création a aidé à renforcer les liens entre les étudiants et les professeurs et entre les étudiants eux-mêmes.

Les activités au Département de français :

Ces activités se résument à l’ouverture d’un centre de ressources francophones au sein même du département, la signature de conventions pour des jumelages avec des universités françaises mais aussi francophones et en particulier la convention signée avec l’université de Paris 8 en 2008 dans le domaine de français langue étrangère. Cette convention qui montre la volonté de l’université française d’aider notre département en particulier et notre université en général à développer un partenariat solide avec le monde universitaire francophone ; l’envoi d’étudiants en France pour des stages linguistiques et autres rencontres soit en coopération avec le consulat de France, soit avec les des associations et organisations francophones. Sans oublier la participation à des conférences en Palestine et à l’étranger, la création d’un club francophone, l’organisation de dizaines d’activités extra-universitaires pour les étudiants du Département. 

Bouton retour en haut de la page